MAISON DES ÉCRITURES ET DES ÉCRITURES TRANSMÉDIAS

(M.E.E.T.) - HYPOLIPO

23 AVRIL AU 06 MAI ///SAMANTHA BARENDSON

 

 

LES RENCONTRES : HYPO-APÉRO LECTURE

 

le 25 avril 19H30 / 

Maison des Comtes, Orcet. 

 

le 26 avril à 20H /

Épicentre Factory, Clermont-Ferrand. 

 

le 3 mai 20H/SPÉCIALE

Cabaret poétique et oenologique 

Médiathèque de Cunlhat Réseau des médiathèques Ambert-Livradois-Forez en partenariat avec le Brin de Zingue.

.

Atelier les 28 et 29 avril

SAMANTHA BARENDSON

 

Née en 1976 en Espagne, de père italien et de mère argentine, Samantha Barendson vit actuellement en France et travaille à l'École Normale Supérieure de Lyon. Comme elle, ses textes voyagent d’une langue à une autre.

 

Romancière, auteur de poésie et performeuse, elle aime surtout travailler avec d’autres poètes, peintres, illustrateurs, photographes, danseurs ou musiciens. En 2015 elle obtient le Prix de poésie René Leynaud pour son recueil Le citronnier aux ed. Le pédalo ivre. Elle fait partie du Collectif : Le syndicat des poètes qui vont mourir un jour dont le principal objectif est de promouvoir la poésie pour tous et partout. Elle fait également partie du collectif Le cercle de la maison close qui propose des performances alliant poésie, musique et arts plastiques. 

 

Pour la période 2016-2018, Samantha Barendson a été sélectionnée par le Printemps des Poètes et dans le cadre du projet Versopolis pour partir en tournée dans plusieurs festivals européens.

ATELIER

ATELIER AVEC SAMANTHA BARENDSON

OUVERT À TOUTES ET TOUS

LES 28 ET 29 AVRIL

14H-18H, maison Couthon, Orcet.

Extrait 

 

Tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum

 

Le paysage défile

comme un Jackson Pollock

vaches en pointillés

nuages étirés

taches tournesols

et rails déformés

La fenêtre froide

se colle à mon oreille

et j’entends tatactater

la bête humaine.

 

Tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum

 

Je ne suis pas Eva Marie Saint

je n’ai ni la mort aux trousses

ni les baisers de Cary Grant

 

Il n’y a derrière la vitre

que ces paysages de cartes postales

cette campagne d’avant-guerre

ces empreintes ferroviaires :

une vache un château

une église un âne

une vieille mobylette

ou un train à la retraite

de l’herbe à perte de vue

des champs de coquelicots

un village suspendu

la dame-blanche

un mouton ou peut-être une chèvre

un autre coquelicot

une jupe en corolle

une canette de soda

un plastique

une poubelle

un néon un flash

 

Tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum

 

Je ne suis pas Celia Johnson

dans Brève rencontre

à attendre

jeudi prochain

jeudi prochain

jeudi prochain

les amours interdites

dans un petit café

Il n’y a derrière la glace

que d’amers paysage

qui se répètent

et défilent

et reviennent

et repassent

et tournent

et recommencent

et les vaches se ressemblent

et la neige dissimule les pas

des loups

des ogres

et des sorcières

 

Tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum

 

Je ne suis pas Marilyn Monroe

dans Certains l’aiment chaud

 

Il n’y a devant mes yeux

que d’immenses pâtis

rocailles et herbes folles

que les cornes ébahies

ruminent méthodiquement

 

Tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum

 

Défilent les kilomètres

le Sud est encore loin

Cent-cinq virgule huit

nous arriverons demain

 

 

 

 

2019, propulsé par La Maison des Écritures et des Écritures Transmédias, HYPOLIPO. 

  • Facebook M.E.E.T. HYPOLIPO